Recherche

Les Saoudiennes autorisées à être notaires, une première dans le royaume

11 juillet 2018 - 19h16 - Société

© Copyright : DR

Pour la première fois en Arabie saoudite, plusieurs métiers sont ouverts aux femmes dont celui de notaire, a annoncé le ministère de la Justice.

Comme le précise un communiqué du ministère de la justice, la possibilité est désormais offerte aux femmes de devenir notaire, et de rédiger des actes juridiques, des procurations et certifier des contrats.

Cette décision inédite survient deux semaines après la levée de l’interdiction faite aux femmes de conduire, en vigueur depuis des décennies dans ce pays.

Mais les femmes sont toujours interdites du métier de mécanicienne.

Malgré ce climat d’ouverture qui règne depuis l’arrivée au pouvoir du prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohammed Ben Salman Mohammed ben Salman , qui a permis quelques avancées dont le droit des femmes à passer un permis de conduire, le courant " conservateur" n’a pas dit son dernier mot. Il affiche encore des réticences.

Aussi, le porte-parole du ministère saoudien du Travail, Khalid Aba Al-Khail, a fait part de l’interdiction faite aux femmes d’exercer le métier de « mécanicienne ».

"Cette profession est interdite pour les femmes", a-t-il par ailleurs martelé dans les colonnes du journal local "Al-Watan".

Et il a par la suite ignoré une question du journaliste qui lui demandait si cette interdiction pourrait être levée à l’avenir.

La raison de cette interdiction n’a pas été précisée.

L’an dernier, le prince héritier d’Arabie Saoudite, Mohammed ben Salman Mohammed ben Salman , avait pris une décision historique, celle d’autoriser enfin les femmes à conduire.

Cette disposition législative est entrée en vigueur le 24 juin dernier.

Cette avancée ne serait toutefois pas dénuée d’arrière-pensées économiques.

Le royaume d’Arabie Saoudite, frappé par la chute des cours du pétrole, voudrait inciter un plus grand nombre de ses citoyens - dont les femmes - à se mettre au travail dans un pays marqué par une culture rentière. Or, estime le journal, les limites posées aux déplacements de ces dernières étaient un frein à leur insertion professionnelle.

Arabika24.com