Recherche

Le film de Nabil Ayouch sera projeté au festival de Haifa, malgré les appels au boycott

25 septembre 2018 - 13h30 - Cinéma

© Copyright : DR

Nabil Ayouch Nabil Ayouch a précisé la raison pour laquelle, il refusait de boycotter le festival de Haifa, en Israël, où son film sera projeté.

Malgré la campagne de boycott initiée sur les réseaux sociaux, le film Razzia, dernière réalisation de Nabil Ayouch Nabil Ayouch est toujours au programme de cette 34e édition du festival international du film organisée dans la ville de Haïfa, en Israël.

Il sera projeté les 24, 25 et 27 septembre.
Le réalisateur marocain dont la mère est de confession juive explique qu’il n’a pas besoin de justifier son soutien aux Palestiniens, qu’il a exprimé en travers ses écrits et son film « My Land ».

Il se dit par ailleurs opposé au boycott culturel.

’Les oeuvres artistiques sont une ’arme pour’ l’échange des cultures’, a-t-il indiqué.

De son film, Nabil Ayouch Nabil Ayouch en parlait dans les colonnes du Figaro, où il rappelait que le Maroc « s’est créé dans la diversité culturelle : amazighe, berbère, juive, arabe, musulmane, chrétienne ».

« Il est essentiel d’apprendre et d’enseigner l’histoire de chaque pays pour que cela redevienne une réalité et une possibilité d’avenir », indiquait le réalisateur, installé Casablanca.
« On a voulu briser ma relation avec ce pays à travers les interdictions, la manipulation, la censure populaire, mais j’ai un vrai attachement à Casablanca, où j’ai posé ma valise il y a vingt ans, et à ses habitants, à ses minorités auxquelles la société tente d’interdire de rêver. On ne voit et on n’entend pas ces personnes, mais, mises bout à bout, elles représentent une majorité à laquelle je veux donner une voix et un visage dans mes films », ajoutait-il.

Arabika24.com