Recherche

Les Émirats arabes unis autorisent aussi le film "Rissala", après 40 ans de censure

15 juin 2018 - 18h11 - Cinéma

© Copyright : DR

Après l’Arabie Saoudite, c’est au tour des Emirats Arabes Unis d’autoriser à la diffusion du film culte "Le Message", réalisé par Moustapha Al Akad, 41 ans après sa sortie.

Considéré par des intégristes comme blasphématoire pour avoir personnifié les compagnons du prophète Mohammed, cette réalisation de Moustapha Al Akad a enfin reçu un visa d’exploitation en Emirats Arabes Unis.

Et il sortira sur les écrans obscurs à Dubai et Abu Dhabi cette semaine.

Quelques jours plus tôt, c’était l’Arabie Saoudite, porté par un courant moderniste incarné par le prince héritier Mohammed ben Salman, qui avait pris la décision de l’autoriser.

Mettant en vedette Irène Papas, Michael Ansara dans la version anglaise et Abdallah Ghaith et Mouna Wassef dans la version arabe, "Rissala" (le Message) a réussi la prouesse de parler du prophète Mohammed sans qu’il ne soit représenté à aucun moment, comme le recommande la tradition musulmane.

Le réalisateur Syrien, avant d’amorcer le tournage en 1976, dans le désert Marocain et en Libye, était allé consulter les islamologues de la prestigieuse Université al-Azhar du Caire pour lui fournir des conseils pour ne pas heurter la sensibilité des musulmans.

"J’ai fait ce film car il représente un enjeu personnel », avait-il déclaré au Washington Post en 2005. « En tant que musulman vivant en Occident, je considère qu’il est de mon devoir de dire la vérité sur l’islam. C’est une religion qui comporte 700 millions de fidèles, et pourtant, on en sait si peu à son propos que c’en est surprenant. J’ai pensé que raconter cette histoire pouvait créer un pont avec l’Occident ».

Malheureusement, Moustapha Akkad n’aura pas connu de son vivant cette autorisation puisqu’il a perdu la vie en 2005 à Amman, Akkad dans un attentat visant l’hôtel où ils séjournent, perpétré par des membres d’Al-Qaïda en Irak.

Sa fille meurt instantanément, Moustapha Akkad succombe à ses blessures deux jours plus tard dans un hôpital.

Arabika24.com