Recherche

Amel Bouchoucha et Adel Karam à l’affiche de la série Rasor Dollars

6 juillet 2018 - 19h43 - Télévision

© Copyright : DR

En plus de finaliser le tournage de "Zone Interdite" dans quelques jours, la sublime Amel Bouchoucha Amel Bouchoucha sera aussi à l’affiche de "Rasor Dollars", dans lequel elle donne la réplique à Adel Karam Adel Karam , que l’on a pu voir au début de l’année à l’affiche de « L’insulte », le film hautement inflammable de Ziad Doueiri, nominé aux Oscars.

A la base, c’était l’acteur syrien Bassel Khayyat Bassel Khayyat qui devait s’atteler à ce projet.

Mais il y a renoncé à la dernière minute en raison d’un confit horaire.

Adel Karam Adel Karam a quant à lui réussi à se libérer et a donné son accord pour se joindre à la distribution de cette série, s’est réjouit la production, précisant pour l’occasion que la réalisation a été confiée à Sammar al-Barqawi.

Les premiers tours de manivelles de ce feuilleton composé de 15 épisodes s’amorceront le 10 septembre prochain.

Et en attendant le début du tournage, Amel Bouchoucha Amel Bouchoucha mettra le cap sur l’Egypte pour reprendre le tournage de la série "Zone Interdite" au côtés de l’acteur égyptien Khaled El Nabawy.

Dans cette série très attendue, Amel Bouchoucha Amel Bouchoucha endosse le rôle d’une rédactrice en chef d’émission de télévision, présentée par le personnage campé par Khaled El Nabawy.

Leur relation purement amicale au départ va prendre une autre tournure très romantique.

Intitulée « منطقة_محرمة », en arabe et écrite par Youssef Hassan Youssef, cette dernière réalisation de Mohammed Bakir devait être diffusée durant la saison du Ramadan 2018.

Mais de gros problèmes de production dont la nature n’avait été précisée avaient contrarié les plans de l’équipe de tournage.

Les premiers tours de manivelles s’étaient amorcés au Caire au début de l’année.

Dans "Zone Interdite", l’actrice de 36 ans donne non seulement la réplique à Retour ligne automatique
Khaled El Nabawy, et Hanan Mattawa, mais aussi Mohamed Diab, Mohammed Kilani et Amira Hany, et Mohsen Mansour.

Au printemps dernier, la star Algérienne avait été prise pour cible par la productrice Samira Hadj Jilani, qui lui a reproché son "arrogance" et "son manque d’engagement" pour son pays.

Installée au Liban avec son mari et leur fille, Léa, celle qui a été révélée au grand public grâce à un télé-crochet aurait refusé de se rejoindre à plusieurs productions algériennes.

Sa préférence irait désormais aux productions égyptienne et Libanaise.

« Je l’avais contactée, et sollicitée pour des rôles en Algérie, mais elle a refusé », regrettait Samira Hadj Jilani.

Arabika24.com