Recherche

L’Algérie risque « gros » à cause du piratage

18 juin 2018 - 20h22 - Cinéma

© Copyright : DR

Une chaine Algérienne a diffusé ce week-end le film « Black Panther », dernière réalisation de Ryan Coogler, sorti en 2018, alors qu’elle ne dispose pas des droits, et cela malgré la mobilisation contre le piratage du DG de l’ONDA (Office national des droits d’auteurs), Sami Bencheikh El Hocine.

Ce dernier avait pourtant mis en garde contre les dangers du piratage et en appelait même au premier ministre Ouyahia à faire respecter les droits d’auteurs par les chaines Algériennes.

Mais rien n’y fait.

Lors d’une conférence de presse, il était questionné sur le piratage d’une chaîne privée d’un film de "Netflix" alors que cette oeuvre n’était même pas destinée à la télévision mais au téléchargement, Sami Bencheikh El Hocine a déploré cet état de fait.

Il a comparé "cette diffusion à du vol".

Le patron de l’Office national des droits d’auteurs expliquait par ailleurs que suite à la mauvaise réputation du pays en matière de piratage vidéo, l’opérateur américain de vidéo à la demande Netflix a rompu ses négociations avec l’ONDA et l’Algérie.

Il explique par ailleurs que dans l’éventualité qu’un producteur capte une image du piratage de ses films par une chaîne algérienne, la possibilité est probable de faire condamner l’Etat Algérien alors qu’il n’est pas concerné par le conflit.

Des biens appartenant à l’Etat pourraient éventuellement être saisis, alors que les autorités étatiques ne sont pas concernées par le conflit.

Arabika24.com